Les DAO sont le fondement du Web3, l’économie des créateurs et l’avenir du travail

Les organisations autonomes décentralisées (DAO) ont commencé comme un concept simple envisagé comme des organisations, créées par une idée et alimentées par des développeurs, qui automatisent les fonctions et les processus commerciaux en tirant parti des contrats intelligents et de tous les principes fondamentaux de la blockchain. L’idée de base était d’aplanir le processus commercial complexe dans lequel diverses organisations sont embourbées et de faciliter le mouvement des actifs vers une interaction numérique très orientée vers l’avenir qui ne nécessitait aucun intermédiaire, promettant un traitement des transactions plus rapide, moins cher et plus transparent.

En remplaçant de nombreux intermédiaires, les DAO eux-mêmes ont agi comme des intermédiaires numériques qui offrent transparence et échelle, leur donnant la stature d’une organisation sans les constructions organisationnelles traditionnelles d’entités, de groupes, de gestion, de chartes et d’autres formes d’action collective. Alors que la structure organisationnelle centralisée traditionnelle est remise en question, les éléments organisationnels clés qui subsistent alimentent une nouvelle révolution économique qui donne naissance à une nouvelle économie des créateurs et rassemble des artistes, des avocats, des développeurs et des créateurs du monde entier pour créer des idées et monétisez-les à l’échelle mondiale dans des systèmes crypto-économiques sans permission construits sur les technologies blockchain et Web3 – et définissant essentiellement l’avenir du travail.

La dépendance réduite vis-à-vis des parties de confiance, la tokenisation des actifs et les nouvelles réserves de valeur permises par la technologie blockchain peuvent elles-mêmes permettre de nouveaux types de structures organisationnelles et réduire le pouvoir des intermédiaires. Le célèbre essai de Ronald Coase sur la raison d’être pour l’entreprise, « La nature de l’entreprise » a exploré pourquoi les entreprises existent et quels éléments les composent.

Du point de vue des coûts de transaction, l’entreprise crée une structure économique où le coût de transaction à l’intérieur de ses limites est réduit par un meilleur contrôle des contrats standardisés avec ses employés et la propriété des ressources. Au fur et à mesure que le coût de l’internalisation des ressources augmente, il en résulte des accords contractuels avec d’autres entreprises dans des domaines spécialisés. Les coûts de transaction associés à la passation de marchés peuvent être considérablement réduits par la vérification décentralisée et les contrats intelligents activés par la blockchain.

Alors que c’était la thèse initiale derrière les DAO, avec la vitesse, l’efficacité et les coûts apportant des objectifs principaux, les DAO représentent maintenant un élément important de la gouvernance et la principale force motrice de l’extraction de valeur à partir de la couche de base, ou des plates-formes blockchain de couche un. Ces plates-formes blockchain de couche 1 représentent les technologies Web3 émergentes qui visent à offrir un meilleur contrôle aux participants en décentralisant fondamentalement l’informatique, le stockage et l’interconnexion. De nombreux DAO émergeront, représentant la collaboration d’un vivier mondial de talents, de natifs du numérique et de l’ingéniosité d’une communauté partageant un système de croyances commun, et donnant vie au terme « organisation ».

En rapport: Les DAO seront l’avenir des communautés en ligne dans cinq ans

DAO : Piliers de l’économie des créateurs

Une définition large d’un DAO serait une organisation qui enregistre ses membres, ses règles et ses responsabilités sur un grand livre immuable activé par la technologie blockchain. Sa charte et son évolution sont publiques et immuables. En règle générale, l’adhésion nécessite des ressources et une sorte d’appartenance à la communauté, sous forme de jetons, pour participer ou voter en tant que participant. Les tokens sont libellés en actifs monétaires (tokens fongibles ou non fongibles), qu’ils soient crypto ou fiat. L’acquisition de jetons, dans la plupart des cas, nécessite soit une participation de temps et de talent, soit une adhésion à l’aide de fiat ou de crypto.

Les DAO fournissent une structure unique qui soutient naturellement une économie de créateurs, dans laquelle un modèle économique soutient une structure à travers laquelle vous louez votre talent et votre temps, obtenez de la flexibilité et des revenus, et en tirez parti pour faciliter la propriété fractionnée dans le système soutenu et régi par la communauté . La blockchain et, par association, les DAO incarnent une structure de gouvernance naturelle pour une collaboration en ligne sans frontières sur des projets crypto-natifs par des natifs numériques qui, incidemment, peuvent être exploités par les organisations traditionnelles qui adhèrent aux principes, de la même manière que les entreprises physiques ont trouvé un la rampe d’accès aux équivalents numériques à l’ère du Web 2.0.

Alors que les problèmes de clarté réglementaire et d’un cadre de protection des investisseurs persistent, ces entités numériques incarnent une réalité numérique comme celle d’une nation – l’État tente d’attirer les talents, les capitaux et l’innovation. Bien que la gouvernance et les règles d’engagement ne soient pas parfaites, il s’agit d’une expérience continue d’innovation visant à changer notre façon de vivre et à renforcer la participation de chaque communauté disposée. Alors que les arguments en faveur de l’autonomie et de la collectivisation sont utilisés pour défendre l’absence de réglementation, la possibilité d’acheter le droit de vote et le manque de protection contrent fortement cet argument. Si les DAO deviennent des analogues numériques des structures d’entreprise et organisationnelles existantes, continueront-elles à servir d’avenue ou de promoteur pour une économie de créateurs et de soutien aux principes Web3 ?

En rapport: Marché haussier ou baissier, les créateurs plongent tête la première dans la crypto

L’avenir du travail

Web3 en tant que paradigme technologique vise à fournir des rails pour la création, la tokenisation et le mouvement de la valeur et des actifs. Le Web3 vise à résoudre la propriété du contenu et à assurer la portabilité des actifs numériques en les tokenisant, ce qui ouvre la voie à l’échange de cette valeur tokenisée contre d’autres actifs tokenisés fongibles, permettant ainsi aux créateurs de monétiser leur effort de travail. Ces efforts de travail peuvent inclure (mais ne sont pas limités à) l’exploitation minière et la création de contenu, tel que l’art, la musique et d’autres formes de jetons non fongibles, qui représentent un enjeu dans un écosystème, tout comme les jetons de jeu.

Dans un avenir où des organisations dynamiques, sans frontières et sans hiérarchie peuvent entreprendre une grande partie de la création de valeur, une offre de services est plus envisageable avec des réseaux de valeur interconnectés, des échanges et des ponts assurant la connectivité entre ces écosystèmes. Ces échanges décentralisés ou passerelles d’actifs offrent non seulement un moyen d’échanger diverses classes d’actifs, mais facilitent également le mouvement mondial des actifs, créant ainsi des économies véritablement mondiales qui attirent les natifs du numérique et un vivier de talents.

L’innovation entraînée par des modèles économiques symboliques décentralisés et transparents vise à offrir une excellente expérience aux utilisateurs finaux et aux employés, tout en garantissant que l’organisation récolte les économies de coûts et les avantages concurrentiels d’expériences supérieures pour les participants. Les DAO impliqués dans DeFi, NFT et divers autres projets Metaverse offrent exactement cela, où une poignée de développeurs ou de fondateurs conçoivent des initiatives et poursuivent un développement décentralisé via des projets de plate-forme ou un développement crowdsource avec des incitations symboliques et des participants qui ne sont pas seulement des consommateurs, mais gagnent également de leur participation significative.

En rapport: DeFi et Web 3.0 : Libérez votre créativité grâce à la finance décentralisée

Les DAO représentent la tendance émergente qui entraîne une transformation profonde et durable du lieu de travail qui combine des systèmes de croyances culturels, numériques et philosophiques. Cela attire des investissements d’autres projets symboliques et des talents de natifs du numérique du monde entier, créant ainsi une expérience pour tous les participants qui se traduit par une main-d’œuvre plus résiliente et plus autonome et une plus grande participation communautaire.

Cet article a été co-écrit par Ananth Natrajan et Nitin Gaur.

Cet article ne contient pas de conseils ou de recommandations d’investissement. Chaque mouvement d’investissement et de négociation comporte des risques, et les lecteurs doivent effectuer leurs propres recherches avant de prendre une décision.

Les points de vue, pensées et opinions exprimés ici n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement ni ne représentent les points de vue et opinions de Cointelegraph.

Ananth Natrajan a plus de 18 ans d’expérience dans le monde entier dans plusieurs rôles, y compris la recherche et le développement, l’acquisition d’entreprises, l’ingénierie de systèmes, le développement de produits, la gestion de la construction et la gestion de projet. Sa startup construit cybereum, une plate-forme basée sur la blockchain pour la gestion collaborative de projets complexes avec plusieurs parties prenantes. Il est titulaire d’un BEng et d’un MS en génie mécanique, d’un MBA de l’IESE et d’un MSc en gestion de programmes majeurs de l’Université d’Oxford. Il est ingénieur professionnel (PE) et professionnel en gestion de projet (PMP). Il a dirigé des équipes multidisciplinaires dans plusieurs projets complexes et efforts de développement de technologies/produits. Ananth possède plusieurs brevets dans les éoliennes offshore et la technologie blockchain.

Nitin Gaur est le fondateur et directeur d’IBM Digital Asset Labs, où il élabore des normes de l’industrie et des cas d’utilisation, et travaille à faire de la blockchain pour l’entreprise une réalité. Il a précédemment occupé le poste de directeur de la technologie d’IBM World Wire et d’IBM Mobile Payments and Enterprise Mobile Solutions, et il a fondé IBM Blockchain Labs, où il a dirigé les efforts visant à établir la pratique blockchain pour l’entreprise. Gaur est également un ingénieur éminent d’IBM et un maître inventeur d’IBM avec un riche portefeuille de brevets. De plus, il est gestionnaire de recherche et de portefeuille pour Portal Asset Management, un fonds multigestionnaire spécialisé dans les actifs numériques et les stratégies d’investissement DeFi.