La crypto est la prochaine étape vers une société sans numéraire

Please follow and like us:

Des paiements par code QR aux applications bancaires mobiles, les consommateurs du monde entier dépendent de plus en plus des solutions de paiement numériques, d’autant plus que la technologie mobile devient de plus en plus omniprésente. Les efforts menés par le gouvernement pour stimuler les économies sans numéraire ont été un facteur clé, des pays comme Singapour ou les Philippines voyant leurs banques centrales conduire l’adoption des paiements sans contact au plus fort de la pandémie de COVID-19. En conséquence, les taux d’utilisation des plateformes de paiement numérique ont enregistré une croissance prometteuse, atteignant même 5 000 % aux Philippines seulement.

En rapport: Europe numérisée : le passage à un monde sans numéraire

Cette augmentation sans précédent des paiements sans numéraire ouvre également la voie à une adoption plus large de la cryptographie, le nombre d’utilisateurs de crypto dans le monde atteignant environ 106 millions en janvier. Bien qu’il s’agisse d’une croissance impressionnante de 15 % d’un mois à l’autre, ce n’est encore qu’une goutte d’eau dans l’océan par rapport aux 4,7 milliards de personnes qui ont accès à Internet.

Mais alors que la crypto continue de faire la une des journaux, que faudra-t-il pour qu’une adoption massive se produise ?

Un nouveau modèle d’accessibilité financière

Aujourd’hui, des milliards de personnes dans le monde n’ont pas accès aux services financiers les plus élémentaires par des moyens traditionnels, et sont donc incapables d’économiser ou de gérer leur argent en toute sécurité. En période de dévastation économique, comme l’année dernière au cours de laquelle les économies mondiales ont été bouleversées par l’impact du COVID-19, le vaste écart entre riches et pauvres est devenu très clair. La pandémie mondiale n’a fait que perpétuer l’absence d’infrastructure financière inclusive, ce qui a conduit environ un tiers de la population mondiale à n’avoir aucun filet de sécurité financière sur lequel se rabattre.

Avec les portefeuilles crypto, cependant, n’importe qui peut transférer sa crypto à l’international sans avoir à maintenir un solde minimum sur son compte, tant qu’il dispose d’une connexion Internet. Les applications cryptographiques étant construites sur des blockchains décentralisées, les transactions sont effectuées sur une base peer-to-peer en l’absence d’intermédiaires traditionnels tels que les banquiers ou les maisons de courtage. Cela se traduit par des économies significatives sur les coûts de transaction, car les frais de transfert transfrontaliers traditionnels pour les petits montants peuvent atteindre 7 % après prise en compte des frais des intermédiaires tant du côté de l’expéditeur que du destinataire. Pendant ce temps, les mêmes frais pour les crypto-monnaies sont souvent inférieurs à 1%, quel que soit le montant de la transaction.

En rapport: Comprendre le passage systémique de la numérisation à la tokenisation des services financiers

De plus, les plates-formes hautement décentralisées sont sans autorisation, ce qui signifie que toute personne disposant d’un portefeuille crypto et d’une connexion Internet peut prêter, remettre ou échanger sa crypto sans validation par une autorité centrale ou un intermédiaire. Au lieu de cela, les transactions sont exécutées par des contrats intelligents, qui les automatisent tant que les conditions pré-encodées sont remplies. Au-delà des économies de coûts, pensez également aux gains de temps. Les transactions de transfert de fonds peuvent prendre plusieurs jours pour être traitées, tandis que les crypto-monnaies peuvent être transférées en quelques minutes.

Cependant, la plupart des plates-formes cryptographiques demandent toujours une forme d’identification formelle dans le cadre de leur processus de vérification d’identité et de connaissance de votre client (KYC). Cela peut aller d’un numéro de téléphone à une pièce d’identité avec photo en passant par une preuve d’adresse résidentielle. Certaines plates-formes adoptent une approche à plusieurs niveaux dans laquelle plus les utilisateurs fournissent d’informations, plus ils peuvent accéder aux services. Bien que nécessaire pour la conformité au KYC et à la lutte contre le blanchiment d’argent, cela pose des obstacles pour les utilisateurs qui ne possèdent aucun document d’identification formel.

Cela dit, certains échanges décentralisés, ou DEX, respectent toujours les principes d’anonymat et de travail sans confiance en n’appliquant pas le KYC à leurs utilisateurs. L’élimination de la vérification des comptes et du temps d’attente pour l’approbation a attiré beaucoup vers ces types de DEX – tels que PancakeSwap, Uniswap et le DEX de DeFiChain – et a rendu la finance vraiment accessible et inclusive pour tous.

Au-delà des simples transactions, les innovations récentes dans l’espace crypto promettent un système financier beaucoup plus équitable où les personnes non bancarisées et sous-bancarisées peuvent accéder à plus de moyens pour créer de la richesse. Bien que les produits DeFi, tels que la détention de jetons et le jalonnement sur un DEX, puissent être un peu trop avancés pour ce groupe d’utilisateurs pour le moment, les services simplifiés de finance décentralisée centralisée (CeDeFi) et les améliorations de la littératie financière au fil du temps aideront à ouvrir la porte à ces opportunités de création de richesse inclusive.

L’éducation est la clé de l’adoption de la cryptographie à grande échelle

L’adoption généralisée des technologies de paiement numérique, telles que les codes QR et la biométrie, est certainement un signe prometteur que les consommateurs sont devenus plus avertis que jamais en matière de numérique. Dans la région Asie-Pacifique, plus de 90 % des personnes interrogées ont déclaré qu’elles envisageraient au moins un nouveau mode de paiement l’année prochaine.

En plus des nouvelles technologies de paiement, la prolifération de l’investissement de détail a conduit à un changement de paradigme dans le paysage de l’investissement, les activités de négociation ayant doublé au cours de la dernière année. Des plates-formes conviviales telles que Robinhood et leurs homologues cryptographiques bien connus, tels que Coinbase, ont rendu l’investissement beaucoup plus accessible aux investisseurs non institutionnels.

En rapport: L’adoption massive de la technologie blockchain est possible, et l’éducation est la clé

Cette augmentation historique des paiements sans numéraire et des investissements de détail a vu le public s’exposer davantage à différents types d’actifs. Cependant, aux États-Unis, 84% des adultes ne sont pas intéressés par les crypto-monnaies ou n’en ont jamais entendu parler. Bien que cela puisse être attribuable aux détails techniques apparemment intimidants impliqués, nous sommes maintenant en bonne position pour passer progressivement à une société plus crypto-forward.

Pour l’instant, il reste encore beaucoup à faire pour aider les consommateurs grand public à mieux comprendre la cryptographie. Les projets de cryptographie feraient bien d’investir davantage de ressources dans la création de contenu éducatif pour combler le fossé des connaissances, que ce soit par le biais de guides ou d’explications détaillées. Pendant ce temps, adopter une approche plus axée sur la transparence qui cherche à démystifier les idées fausses et à s’assurer que les utilisateurs sont conscients des risques associés à la cryptographie, permettra à ces utilisateurs de naviguer dans leur entrée dans l’espace avec plus de facilité et de confiance.

Crypto est le MVP du cashless drive

À mesure que les conversations sur les crypto-monnaies évoluent, les gouvernements en prennent note. Bien que les espèces ne soient pas éliminées de sitôt, jusqu’à 86% des banques centrales du monde entier se penchent sur les monnaies numériques des banques centrales dans leur quête pour devenir sans numéraire. La première monnaie numérique de banque centrale (CBDC) au monde – le dollar de sable – a été annoncée par la Banque centrale des Bahamas en 2018 et officiellement lancée en octobre de l’année dernière. L’équipe technologique à l’origine de ce projet était dirigée par U-Zyn Chua, qui a ensuite cofondé DeFiChain.

En rapport: Les CBDC ont-elles affecté l’espace crypto en 2020, et quelle est la prochaine étape en 2021 ? Réponse des experts

Bien que les CBDC soient réglementées par une autorité centrale, leur adoption enverra un message profond aux acteurs du marché sur la légitimité des monnaies numériques. L’introduction des CBDC est donc un tremplin indispensable pour catalyser l’adoption de la crypto à grande échelle.

À court terme, la crypto ne remplacera pas le système financier existant, mais créera plutôt son propre écosystème adapté à une nouvelle génération d’utilisateurs avertis financièrement et avant tout numérique. Bien qu’il faudra un certain temps aux consommateurs pour s’habituer à la cryptographie, la technologie naissante prouvera sa valeur en temps voulu en offrant des services financiers moins chers, plus sûrs et plus inclusifs pour tous.

Cet article ne contient pas de conseils ou de recommandations d’investissement. Chaque mouvement d’investissement et de négociation comporte des risques, et les lecteurs doivent effectuer leurs propres recherches avant de prendre une décision.

Les points de vue, pensées et opinions exprimés ici n’engagent que l’auteur et ne reflètent ni ne représentent nécessairement les points de vue et opinions de Cointelegraph.

Julien Hosp est le PDG et co-fondateur de Cake DeFi, une plateforme dédiée à l’accès à des services et applications financiers décentralisés. Il est également président de DeFiChain, une plate-forme DeFi construite sur le réseau Bitcoin. Julian est un conférencier actif pour le Washington Speakers Bureau et un conseiller pour les groupes de blockchain de l’UE. Julian est diplômé de la Medizinische Universitat Innsbruck avec un doctorat en médecine humaine.