DeFi a besoin de plus d’actifs tangibles sur la chaîne pour voir un avenir prospère

Please follow and like us:

Dans une salle de conférence d’une école de commerce du Massachusetts Institute of Technology (MIT), un cadre supérieur de Safaricom a prédit la finance décentralisée et l’avenir du commerce à une salle d’étudiants en MBA enthousiastes mais confus. « Vous pourrez acheter votre première maison sur WhatsApp ! Les contrats intelligents sur la blockchain Ethereum s’occuperont de tout et vous n’aurez pas besoin d’un courtier », a-t-il déclaré avec conviction, pointant une diapositive.

« Comment le titre de la maison va-t-il changer de mains ? Et les fonds ? La blockchain peut-elle faire l’entiercement ? Quel rôle pour les avocats ? Comment pourrions-nous acheter quelque chose d’une valeur d’un million de dollars en cliquant sur un bouton ? » se demanda la classe.

Les étudiants d’avril 2017 – qui n’avaient pas encore vu la crête de Bitcoin (BTC) au-dessus de 20 000 $ – avaient peu de raisons de croire que la blockchain changerait le monde. Ils étaient quand même intrigués. Bien que ces conversations aient eu lieu en 2017, les mêmes discussions pourraient encore sembler captivantes pour beaucoup aujourd’hui. C’est parce qu’il y a encore de nombreux individus et entreprises qui n’ont pas encore ressenti l’impact de DeFi et des actifs du monde réel (RWA).

En regardant notre présent en 2021, après l’excitation de l’été DeFi et le revers de la récente vente de Bitcoin, nous sommes à un autre carrefour. La valeur totale de DeFi verrouillée est maintenant supérieure à 150 milliards de dollars, MakerDAO est maintenant officiellement devenu un DAO, FTX a levé le plus grand tour privé en crypto, et un avenir DeFi semble plus plausible que jamais.

Ce serait un monde où le crédit, les paiements et les investissements se dérouleraient tous en chaîne dans un système décentralisé, sans un rôle aussi important pour les institutions financières. Dans l’esprit de la blockchain et du mouvement fintech au sens large, les projets DeFi visent à proposer des produits financiers innovants avec des frais moins élevés, moins d’intermédiaires et une plus grande transparence.

Alors que DeFi a fait des progrès et des percées impressionnants depuis 2017, la liquidité dans l’écosystème DeFi ne représente qu’une fraction de ce qui est nécessaire pour que la finance décentralisée se généralise en apportant plus d’actifs du monde réel sur la chaîne.

En rapport: L’avenir de DeFi est réparti sur plusieurs blockchains

La question se pose pour l’ensemble de ce secteur : comment passer de l’attraction client précoce à l’adéquation produit-marché ? Ainsi, lorsqu’une version de la conversation de 2017 entre le cadre de Safaricom et les étudiants du MIT aura lieu aujourd’hui, cela ne ressemblera pas à quelque chose d’extraordinaire et fera plutôt partie de la vie quotidienne de la plupart des gens. Voici quelques facteurs déterministes clés pour que DeFi soit adopté par le grand public.

Une infrastructure complète de données et d’analyse

Avec un rôle de moins en moins important pour les institutions financières centralisées, les « garants » du système financier, nous sommes obligés de repenser non seulement la façon dont les données circulent, mais aussi la façon dont elles sont contrôlées et conservées. Sans banques, comment une blockchain gérera-t-elle son identité ? Comment évaluerons-nous le risque? Comment évaluerons-nous les actifs si nous ne pouvons pas faire appel à des ensembles de données centralisés pour les évaluations ?

Les Oracles ont joué avec succès un rôle essentiel en comblant le fossé entre les données du monde réel et les contrats intelligents. Mais qu’en est-il des outils d’analyse de données tels que FICO et Bloomberg qui alimentent les marchés financiers ? Nous n’avons pas vu d’oracles qui fournissent une solution viable à cela. L’espace DeFi plus large a besoin d’une solution de crowdsourcing pour évaluer les actifs historiquement opaques et illiquides afin que nous puissions intégrer ces actifs privés dans DeFi de manière efficace et efficiente.

Collectivement, cela accélérera le mouvement des actifs du monde réel sur la chaîne, y compris l’immobilier et les objets de collection, et a le pouvoir de changer le monde. Pourtant, nous soulevons de nouvelles questions : quelle est la bonne façon de gouverner les données dans un univers décentralisé, et comment les lois s’appliqueront-elles dans des contextes technologiques que les législateurs n’ont jamais envisagés ? Cette question a tourmenté l’industrie des médias sociaux et sa réputation au cours des dernières années. Comment DeFi peut-il éviter des pièges similaires ?

Un écosystème DeFi reproduit toutes les fonctionnalités CeFi

La Chine est le leader mondial de l’innovation fintech, avec près de 90 % de pénétration des portefeuilles numériques et 62 milliards de transactions uniques réalisées en 2020. Cette définition de manuel de l’adoption massive est rendue possible en offrant une expérience bancaire complète aux détenteurs de portefeuilles. Grâce à Alipay du groupe Alibaba, le principal portefeuille numérique de Chine, les utilisateurs peuvent souscrire des polices d’assurance, investir dans des fonds communs de placement, échanger des devises, payer des factures et faire des dons à des œuvres caritatives. Alipay illustre une révolution numérique conçue pour permettre aux gens de continuer les mêmes routines mais plus facilement, plus rapidement et moins cher.

De même, les innovations cryptographiques doivent être construites sur un écosystème DeFi qui fournit les mêmes assurances sécurisées, services de prêt et devises de confiance. Alors que de nombreux vétérans de DeFi ont déjà mis en œuvre des stratégies basées sur les RWA, le manque de RWA suffisants sur la chaîne entrave gravement le développement de l’écosystème.

En rapport: Les finances décentralisées et centralisées doivent collaborer

Après avoir une infrastructure de tarification appropriée, DeFi doit offrir une solution pour intégrer des actifs du monde réel en chaîne à grande échelle. La proposition de valeur unique réside dans leurs licences de financement. L’espace a besoin d’un protocole d’interfaçage avec les entreprises emprunteuses traditionnelles du monde entier pour générer des RWA à grande échelle et combler la demande de financement dans CeFi avec des liquidités dans DeFi. Cela peut être fait en offrant un processus de prêt sans friction pour les emprunteurs du monde réel, éliminant le besoin de « crypto-éducation » en permettant à l’emprunt et au remboursement d’être effectués en fiat. En plus de cela, une stratégie de rendement basée sur les RWA doit être créée, permettant aux prêteurs DeFi et CeFi d’investir dans des actifs du monde réel générateurs de revenus tout en maintenant leur exposition aux actifs cryptographiques.

Les prêts RWA ouvriront sans aucun doute de nombreuses opportunités pour que les innovations DeFi reproduisent la plupart, sinon la totalité, des fonctionnalités CeFi. Avec de plus en plus de projets en vue de RWA, l’écosystème se développera rapidement.

Une gouvernance décentralisée efficace et efficiente

Lorsque nous parlons d’étendre la finance décentralisée et d’apporter plus de RWA sur la chaîne, la gouvernance décentralisée est une partie inévitable. Une solution de gouvernance décentralisée efficace pourrait profiter à DeFi de plusieurs manières :

  • Mise à l’échelle plus facile. Les organisations intéressées par la mise à l’échelle peuvent faciliter le processus si elles sont décentralisées.
  • Prise de décision plus rapide. Cela dépend en grande partie de la forme de gouvernance de cette organisation. Bien sûr, certaines peuvent être plus rapides que d’autres, mais par rapport aux organisations centralisées où il y a une attente pour que les décisions soient approuvées, les organisations décentralisées ont un net avantage.
  • Transparence. Tous les types de transactions sont traçables et auditables par toutes les parties autorisées, ce qui se traduit par une transparence et une prévention de la fraude bien supérieures.

En rapport: Partis décentralisés : l’avenir de la gouvernance en chaîne

Une norme mondiale de conformité réglementaire

Dans un marché imprévisible des mesures d’application de la réglementation, DeFi ne peut pas se permettre de voler à l’aveugle. Le mois dernier, le président de la Securities and Exchange Commission des États-Unis, Gary Gensler, a déclaré :

“Ces plates-formes – que ce soit dans l’espace financier décentralisé ou centralisé – sont impliquées par les lois sur les valeurs mobilières et doivent fonctionner dans le cadre de notre régime de valeurs mobilières.”

L’industrie DeFi a besoin d’une stratégie de conformité. Les points de vue selon lesquels la décentralisation rend difficile la responsabilisation d’une seule entité, ou pire, que la décentralisation rend la conformité inutile, ont déjà et continueront de susciter le mépris des régulateurs.

En rapport: Le projet de directives du GAFI cible DeFi avec la conformité

Comment les plateformes peuvent-elles raisonnablement s’adapter à leurs activités dans les structures juridiques existantes de la loi sur le secret bancaire et connaître votre client (KYC)/anti-blanchiment d’argent, ou au moins aider à changer de paradigme ? Les mésaventures de la Balance, bien qu’à peine DeFi, représentent une occasion manquée d’innover sans insulter nos autorités. Dans son état actuel, l’industrie DeFi risque d’insulter les régulateurs et de faire avancer la théorie avancée par des antagonistes comme Elizabeth Warren selon laquelle l’industrie de la crypto-monnaie n’existe vraiment que pour promouvoir des pratiques financières illicites, telles que le blanchiment d’argent et le trafic de drogue et d’êtres humains. Bien que la réponse ne soit pas encore très claire quant à la manière dont DeFi intégrera la conformité dans la pile technologique, il semble clair qu’elle le doit. Les institutions traditionnelles et le grand public auront besoin de meilleures normes KYC avant d’adopter.

Conclusion

Il existe des protocoles qui ont le potentiel d’améliorer et de sécuriser le système financier mondial en introduisant la transparence et la neutralité indispensables dans une monnaie stable. Certaines plates-formes stables ont permis à quiconque de générer son argent peer-to-peer dans un environnement décentralisé et sans confiance.

Mais si nous voulons vraiment que tout le monde réalise le rêve de services financiers accessibles à tous, alors ceux d’entre nous dans l’espace DeFi doivent quitter nos zones de confort. Notre objectif est que RWA intègre des milliards de dollars en natif non numérique. Nous devons traverser le gouffre et sortir des garanties dans l’écosystème DeFi, mais nous ne pouvons pas le faire seuls. Nous devons travailler avec tout un ensemble d’entreprises et de projets qui ont un objectif clair tout en encourageant la concurrence du secteur financier traditionnel au profit de ce qui est le plus important : les utilisateurs.

Cet article a été co-écrit par David Lighton, Kevin Tseng et Mariano Di Pietrantonio.

Cet article ne contient pas de conseils ou de recommandations d’investissement. Chaque mouvement d’investissement et de négociation comporte des risques, et les lecteurs doivent effectuer leurs propres recherches avant de prendre une décision.

Les points de vue, pensées et opinions exprimés ici n’appartiennent qu’aux auteurs et ne reflètent ni ne représentent nécessairement les points de vue et opinions de Cointelegraph.

David Lighton est le co-fondateur de Lithium Finance. C’est un entrepreneur passionné par l’innovation financière inclusive et également le fondateur de SendFriend, une startup fintech utilisant la blockchain pour les transferts d’argent internationaux. David a également été assistant spécial au bureau Haïti de la Banque mondiale et co-auteur de la Stratégie nationale d’inclusion financière d’Haïti. David est titulaire d’un MBA de la MIT Sloan School of Management et d’une maîtrise et d’un baccalauréat avec distinction de l’Université Johns Hopkins.

Kévin Tseng est le fondateur de Naos Finance. Avant Naos, Kevin était un entrepreneur en série et un investisseur. Kevin a fondé et quitté trois startups technologiques en Chine et en Asie du Sud-Est et a dirigé des investissements stratégiques chez The Walt Disney Company et Alibaba Group.

Mariano Di Pietrantonio est le responsable de la stratégie de MakerGrowth, une unité principale de MakerDAO. Il travaille principalement sur le développement et la recherche de nouveaux cas d’utilisation, y compris les activités d’éducation, de partenariats et de communication. Mariano a 15 ans d’expérience dans les produits et le marketing dans des secteurs tels que la pharmacie, la banque et les jeux, entre autres.